Une transition écologique populaire vers une ville durable

L’urgence climatique nous presse de diminuer nos émissions de gaz à effets de serre. Nous voulons que cette transition écologique soit populaire, pour qu’elle se fasse dans la justice. C’est le sens de nos propositions pour l’eau ou les transports.

Le changement climatique déjà engagé va faire évoluer le climat de Saint-Nazaire vers des températures proches de celles de Lisbonne dans les prochaines décennies. Les risques de montée des eaux de 1 à 2 m au cours du siècle vont avoir des conséquences très concrètes dans notre ville. Sa situation exceptionnelle, entre Estuaire, Océan et Brière est un atout qui peut devenir un risque demain.

Nous devons construire un plan d’adaptation au changement climatique et à ses effets. La place de l’arbre, qui absorbe le CO2, crée de l’ombre et de la fraîcheur, doit être largement accrue dans notre ville. L’agriculture et l’alimentation doivent évoluer. Saint-Nazaire doit devenir plus sobre, plus résiliente. Il nous faudra construire des changements culturels, sur l’usage de la voiture, sur la consommation d’eau par exemple, mais aussi sur notre modèle économique.

Notre ville a beaucoup d’atouts pour réussir cette mutation. Si notre industrie est orientée vers certains secteurs d’activités polluants et dépendants des énergies fossiles amenées à se raréfier, l’arrivée d’un parc éolien, la conversion vers les énergies marines, la recherche de solutions plus écologiques pour naviguer et voler sont déjà engagées : il faut amplifier cet effort


Une révolution des mobilités

Un réseau de transports en commun réorganisé

Nous lancerons une réorganisation profonde du réseau de transports en commun permettant un développement de l’offre, en terme de zone de desserte, d’amplitude horaire et de fréquence.

De nouvelles lignes à service rapide seront créées. Nous serons particulièrement attentifs aux zones d’activité économique et à l’installation de parcs-relais aux entrées de l’agglomération (Brais, Chantiers…), à l’accessibilité et à la sécurisation de l’accès aux arrêts de bus aujourd’hui insatisfaisantes dans certains quartiers (Immaculée,  Beauregard…). L’offre nocturne sera développée, particulièrement en fin de semaine.

La démarche d’accessibilité pour les personnes à mobilité réduite sera amplifiée. Cette reconstruction du réseau, s’appuiera sur un comité d’usagers pour que l’offre soit en adéquation avec les besoins évoqués.

 

Accès libre aux transports publics : vers la gratuité

Nous irons progressivement à la gratuité des transports publics pour les usagers d’ici la fin du mandat, comme l’ont fait de nombreuses villes comparables à Saint-Nazaire avec d’excellents résultats. Nous la financerons notamment par la hausse de la contribution transport des entreprises.

Nouveau réseau, gratuité, vélo: une révolution des mobilités

Mobilités douces, partagées et nouvelles

Nous développerons les mobilités douces avec la sécurisation de voies cyclables en site propre à travers des “axes vélos”, faciles à pratiquer, visibles et identifiés, en lien avec les nouveaux usages (trottinettes et vélos électriques). Les cheminements piétons seront mieux protégés. Le réseau de vélo en libre service sera développé, tout comme les boxes de stationnement sécurisés.

Nous développerons la pratique du covoiturage urbain et extra-urbain avec des aires dédiées. Nous mettrons la flotte des véhicules de la ville et de la Carène en autopartage, hors des heures d’usage par les services de la ville, sur le modèle du département de l’Orne. Cette flotte basculera progressivement vers des véhicules non polluants.

Nous étudierons la mise en place de nouveaux modes de transports innovants, comme des dessertes fluviales vers Nantes, la côte et les îles.

La ville interviendra pleinement pour que le lien ferroviaire entre Nantes et Saint-Nazaire soit enfin renforcé.

Voirie et stationnement

Avant la mise en place de la gratuité des transports et des parkings relais aux entrées de l’agglomération, nous lancerons une concertation pour réétudier les conditions du stationnement des entrées de ville et des zones problématiques. La signalétique de la ville sera revue, pour mieux identifier les accès et la disponibilité du stationnement.

La voirie (trottoirs et chaussées) est largement dégradée dans de nombreux quartiers : elle devra être réhabilitée.


Agir face à la dégradation de la voirie

Une ville plus écologique

25 000 arbres plantés : une ville plus verte

Saint-Nazaire compte aujourd’hui 45 000 arbres sur les espaces publics nous planterons 25 000 arbres supplémentaires, pour arriver à un arbre par nazairien, en impliquant la commune, les citoyens, les entreprises, les associations … Nous agirons contre l’artificialisation des sols, pour la protection des zones végétales et humides existantes, des terres agricoles, des haies et bosquets. Un permis de végétaliser sera créé pour permettre aux citoyens de planter et d’entretenir des végétaux sur des zones publiques adaptées (espaces délaissés, bacs…). Nous développerons de nouveaux jardins partagés.

NOUS CRÉERONS UN GRAND PARC DE L’ESTUAIRE AU PETIT MAROC
et sur le site des anciens frigos. Nous achèverons la promenade du front de mer, de ce parc jusqu’à Kerlédé. Des parcours piétons, arborés et dotés de bancs seront mis en place dans toute la ville. Nous développerons les espaces verts et de jeux de proximité dans tous les quartiers.

Un tarif social de l’eau, une gestion plus durable

Nous mettrons en place une tarification de l’eau assurant pour chaque citoyen la gratuité des premiers m3, essentiels au besoins vitaux. Le m3 destiné à boire et se laver doit être moins cher que le m3 destiné à remplir une piscine.

Nous encouragerons une gestion plus durable de l’eau, à travers des économies d’utilisation, le stockage d’eau non potable pour les usages de nettoyage et d’arrosage.

Une attitude plus stricte face à la pollution, pour notre santé

Le droit de respirer un air pur et de boire une eau saine

Nous engagerons un travail de fond auprès des entreprises ayant un impact reconnu sur la pollution de l’air et de l’eau afin de protéger nos biens communs et la santé de tous les citoyens, en nous appuyant sur l’expertise des associations.

Nous prendrons des mesures plus contraignantes face aux épisodes de pollution (restrictions de circulation, développement et gratuité des transports publics, protection des enfants et des personnes fragiles) et nous nous mobiliserons pour que l’Etat applique les normes environnementales de façon plus stricte.

Nous interviendrons pour que les navires stationnés au port soient systématiquement reliés au réseau électrique local et cessent de faire tourner leurs moteurs pour produire leur électricité à quai («cold ironing»).

UNE ATTENTION AU VIVANT ET À LA CONDITION ANIMALE

Saint-Nazaire compte aujourd’hui 45 000 arbres sur les espaces publics nous planterons 25 000 arbres supplémentaires, pour arriver à un arbre par nazairien, en impliquant la commune, les citoyens, les entreprises, les associations …

Nous agirons contre l’artificialisation des sols, pour la protection des zones végétales et humides existantes, des terres agricoles, des haies et bosquets.

Un permis de végétaliser sera créé pour permettre aux citoyens de planter et d’entretenir des végétaux sur des zones publiques adaptées (espaces délaissés, bacs…). Nous développerons de nouveaux jardins partagés.

Une gestion durable de l’énergie

Nous créerons une coopérative municipale des nouvelles énergies, chargée de développer une production locale d’énergie renouvelable et d’agir pour les économies d’énergie. Un plan d’implantation de panneaux solaires, de dispositifs micro-éoliens, de biomasse, sera mis en place sur les bâtiments municipaux.

Nous irons au-delà du plan climat air énergie territorial de l’agglomération en visant 40% de baisse de consommation en 2040, avec 30% de production renouvelable. Nous réaliserons des rénovations thermiques de tous les bâtiments publics et aiderons entreprises et particuliers à diminuer leur facture énergétique.

L’ensemble de l’éclairage public sera passé en LED. La lutte nécessaire contre la pollution lumineuse devra se faire en priorisant toutefois l’éclairage des circulations piétonnes et des vélos, rendues plus vulnérables dans les quartiers mal éclairés.

Une approche des déchets modernisée

Le meilleur déchet est celui que l’on ne produit pas : nous devons tendre vers le “zéro déchet” à chaque fois que cela est possible. Un vaste plan de réduction des produits à usage unique ou limité sera engagé au sein des services municipaux.

Un plan de sensibilisation et d’accompagnement des citoyens et des entreprises sera conduit. Nous étudierons le développement de ressourceries et l’appui sur l’économie circulaire entre entreprises pour mieux valoriser certains biens ou matériaux usagés.

Tout le monde ne peut pas aller à la déchetterie. Nous voulons moderniser et rendre plus écologique notre système de gestion des déchets. Le système de collecte des déchets sera développé avec un service à la demande sur réservation, pour les déchets verts et les encombrants. Un broyage des biodéchets sera organisé par quartiers.

Un service de collecte des encombrants et des déchets verts «à la demande»

Une agriculture au service d’une alimentation locale et durable

Notre territoire agricole est une richesse. Nous devons le préserver ainsi que l’équilibre fragile de notre côte et de nos marais. Nous lutterons contre l’artificialisation des terres afin de préserver nos zones naturelles et leur biodiversité.

Nous irons vers une plus grande autonomie alimentaire sur l’ensemble de la Carène pour favoriser les producteurs locaux. Nous favoriserons le développement de la permaculture pour les particuliers via des propositions de formation. Nous planterons des arbres fruitiers en ville. Nous développerons la cuisine centrale en lui permettant d’aller vers d’autres publics.
Nous soutiendrons les circuits courts et lancerons la création d’une légumerie intercommunale.

Nous proposerons des alternatives végétariennes en cantine et continuerons à développer les aliments issus de l’agriculture biologique. Nous agirons pour réduire au maximum le gâchis alimentaire.

Nous soutiendrons la conversion vers l’agriculture biologique sur notre territoire et lutterons contre l’utilisation des pesticides et produits phytosanitaires dangereux. Un arrêté anti-pesticides sera pris par la ville.


Saint-Nazaire prendra un arrêté anti-pesticide

Construire la ville ensemble

Une démarche urbaine participative

Nous engagerons un débat citoyen sur la stratégie urbaine, qui doit faire face à des enjeux parfois contradictoires entre le besoin de logements pour tous les habitants, la lutte contre l’étalement urbain et contre les îlots de chaleur dans une ville trop minérale. Une étude portant sur la densification, ses effets, comme sur la préservation des terres agricoles et des espaces naturels et les stratégies possibles précédera ce débat. Nous proposerons des débats citoyens et des référendums locaux sur les grands projets.

Nous renforcerons  les  critères liés à la préservation de la végétation, des arbres et de la biodiversité pour délivrer des permis de construire. Une attention stricte sera portée au patrimoine, à la qualité architecturale, aux matériaux, et à l’intégration des projets immobiliers.

Nous aménagerons le Moulin-du-Pé sous forme d’éco-quartier avec des logements, des services, des espaces verts et des équipements sportifs.

Face à une certaine paupérisation du centre-ville, nous agirons pour y développer l’activité et les animations, pour accompagner des copropriétés en difficulté pour entretenir et rénover ou reconvertir certains espaces (commerces délaissés, cours), en y créant des logements quand cela est possible. Les zones piétonnes ou à la circulation plus apaisée (zones 20/30, zones cyclables) seront développées.

Centre-ville : développer l’activité, accompagner les copropriétés en difficulté

Le logement pour tous

Nous maintiendrons un objectif de construction significatif permettant à chaque famille de se loger à un prix plus acceptable.

Face à la hausse des prix, nous demanderons à l’Etat de pouvoir bénéficier des règles d’encadrement des loyers déjà expérimentées dans plusieurs villes depuis 2018. Nous agirons pour que les usages abusifs d’AirBNB qui restreignent le marché locatif cessent.

Nous rénoverons de façon plus intensive le parc social de la ville dans plusieurs quartiers (île du Pé, Léonard de Vinci, Poincaré, Galicheraie…), avec une démarche éco-responsable (matériaux bio-sourcés, production verte d’énergie et d’eau chaude…).

Nous créerons un système d’échange de logements, pour permettre aux locataires du parc social qui le souhaitent, de vivre dans des appartements adaptées aux évolutions de leur foyer (divorce, départ des enfants…) sans procédures longues et complexes. Les logements sociaux seront attribués selon des critères transparents.

Nous développerons l’offre à destination des jeunes, particulièrement des alternants et apprentis qui font face à des difficultés spécifiques.


Expérimenter l’encadrement des loyers

Une économie transformée

Une industrie forte et s’orientant vers des productions plus écologiques

Nous sommes attachés à l’identité ouvrière de notre territoire. Nous accompagnerons l’évolution de son orientation économique avec l’implantation d’activités et la conversion vers des industries plus écologiques (énergies renouvelables, transports moins polluants).

C’est la logique d’une économie circulaire que nous voulons développer à Saint-Nazaire et dans sa région.

Une offre de formation adaptée aux nouveaux enjeux

Nous soutiendrons la création d’un campus universitaire autour de la transition écologique et des nouveaux modes de production d’énergie. L’effort de formation, d’accompagnement tout au long de la vie doit s’amplifier. Nous chercherons à diversifier l’offre de formation afin de permettre à chacun de construire son parcours professionnel.

Nous serons particulièrement attentifs aux publics ayant des besoins de formation et d’accompagnement vers l’emploi spécifiques : chômeurs de longue durée, publics en insertion, jeunes non qualifiés, personnes approchant de l’âge de la retraite, femmes, …

Nous ferons vivre une conférence permanente pour l’emploi associant tous les acteurs impliqués (Pôle emploi, mission locale, chefs d’entreprises, CCI, CMA, structures d’insertion, collectivités..)

Nous lutterons contre les injustices liées aux inégalités d’accès aux stages en permettant l’accueil de stagiaires dans l’ensemble des services municipaux, en fonction des projets et des niveaux de formation.

Nous accompagnerons les nombreux conjoints de salariés en mobilité : l’inactivité de ces conjoints à leur arrivée est un des points expliquant le taux de chômage de notre ville malgré son dynamisme économique.

Une formation adaptée aux nouveaux métiers et besoins

D’abord le commerce de proximité

Nous gèlerons le développement des zones commerciales de périphérie, pour favoriser les commerces et les emplois de proximité.

Nous privilégierons une plus grande mixité des zones dans la ville et l’agglomération, entre logement et activités.

L’intervention de la Sonadev, pour remettre sur le marché des locaux adaptés aux besoins commerciaux actuels n’a de sens que si elle permet une baisse réelle des loyers des cellules proposées par rapport à un prix de marché trop élevé qui contribue à la désaffection commerciale.

Nous engagerons des états généraux du commerce pour définir avec les acteurs du centre-ville et de tous les quartiers ainsi que les partenaires institutionnels (CCI-CMA) les politiques de développement nécessaires. Nous revitaliserons et soutiendrons les marchés de proximité dans les quartiers de Saint-Nazaire.

Nous soutiendrons et développerons les offres et initiatives alternatives et solidaires.

Un tourisme différent

Le destin de Saint-Nazaire ne peut pas être de devenir une station balnéaire comme les autres. Elle doit rester accessible à toutes et tous en premier lieu à ses habitants. Nous développerons le tourisme dans notre ville, en encourageant des modes alternatifs (gîtes, camping, chambres d’hôtes, cyclotourisme et randonnées…). Nous étudierons la création d’une auberge de jeunesse.

Nous construirons l’offre culturelle d’été de façon à rendre la ville plus effervescente tout au long de l’été, avec une volonté de favoriser un tourisme durable.

Soutenir la reprise et la création d’entreprises

Nous renforcerons le soutien à la création ou à la reprise d’entreprises, en particulier en complétant les dispositifs de financement pour les chômeurs créateurs, diminués par la décision du gouvernement de réduire les droits à l’indemnisation. Nous favoriserons l’installation ou la création d’entreprises de l’économie sociale et solidaire, dans un cadre leur permettant de créer des synergies.

Nous créerons un “Pass bureau” finançant des heures de coworking pour les créateurs d’entreprises souhaitant localiser leur activité à Saint-Nazaire.

Le numérique citoyen et partagé

Nous affirmons un principe de base: aucun service en ligne ne doit se substituer à une solution “physique”, mais toutes les démarches doivent pouvoir se faire simplement en ligne, ce qui est loin d’être le cas aujourd’hui. Une démarche permettant d’engager une simplification considérable des procédures comme du paiement de tous les services publics de la ville et de l’agglomération sera lancée.

Nous multiplierons les dispositifs de médiation, de formation et d’accompagnement vers le numérique pour les publics peu à l’aise avec ces outils: l’objectif est de créer un service public de l’accompagnement numérique citoyen, avec des lieux dédiés.

Nous favoriserons l’implantation d’entreprises du numérique de taille intermédiaire qui manquent aujourd’hui à Saint-Nazaire. Nous développerons la commande locale et créerons des bourses ou appels à projet numériques permettant de soutenir les acteurs de l’écosystème numérique local. Le déploiement du très haut débit (fibre) sera finalisé.

Nous soutiendrons les commerces et les PME dans leur démarche d’adaptation au numérique, par une mise en relation à des conditions privilégiées avec les entreprises locales pouvant les accompagner. Nous veillerons à l’impact des plateformes numériques (AirBnb, Amazon, Google…) sur la vie économique et sociale nazairienne (commerces, trafic…).

Nous soutiendrons les logiciels libres, notamment dans la commande publique. Nous favoriserons le réemploi solidaire et le recyclage du matériel informatique.

Faciliter les démarches en ligne mais toujours permettre d’autres solutions