Education

Communiqué de presse : du temps pour l’école


Au vu des dernières annonces gouvernementales, nous appelons le maire de Saint-Nazaire et son équipe municipale à ne pas rouvrir les écoles primaires au 14 mai.

Le respect de la démocratie est essentiel en cette période de crise sanitaire, chaque partenaire (fédérations et représentant.e.s de parents d’élèves, élu.e.s majoritaires et d’opposition, associations, syndicats, etc.) doit pouvoir être associé aux réflexions collectives.

A ce titre, les présidents des groupes politiques de notre collectif font valoir leurs droits et ont demandé au maire la tenue d’un conseil municipal au plus vite afin que tous les élu.e.s soient associé.e.s aux décisions déjà prises et à prendre.

Le gouvernement se décharge de ses responsabilités, en refusant de donner un cadre collectif. Les collectivités locales sont désormais les seuls garantes de l’égalité républicaine des écoles sur le territoire.

Les outils proposés ne sont pas suffisants pour assurer la sécurité des enfants et de l’ensemble des équipes éducatives.

Comment, en si peu de temps, allons nous pouvoir organiser matériellement les établissements pour accueillir les enfants dans de bonnes conditions?

Comment va pouvoir se dérouler la désinfection régulière des locaux (plusieurs fois par jour seront nécessaires), avec les équipements indispensables?

Quelle formation pour les membres de l’équipe éducative concernant la mise pratique des gestes barrières avec des enfants de tous âges?

Quels temps pour une nouvelle organisation pédagogique, forcément innovante, forcément différente?

Les questions sont multiples, et nous savons que personne ne peut apporter de réponses sûres.

Mais le contexte actuel va perdurer pendant un temps incertain et nous devons penser cette reprise scolaire pour le jour d’après, en assurant aux familles et aux personnels de l’éducation un accueil avec un maximum de sécurité.

Les problèmes restent nombreux. Désinfection des locaux, formation des personnels, réorganisation pédagogique, restauration, nécessitent des moyens et une mise en place collective qui prend du temps pour que cela se fasse dans des conditions sanitaires acceptables.

Nous sommes conscients des difficultés traversées par chacun d’entre nous, par l’ensemble des familles ces dernières semaines.

Les injonctions contradictoires pleuvent quotidiennement et empêchent toute finalisation de mise en oeuvre et toute communication complète et fiable à destination des citoyen.ne.s.

Nous ne pouvons et voulons pas cautionner cette violence institutionnelle imposée aux enfants, à leurs familles, à l’ensemble des acteurs de la communauté éducative et d’une manière générale à l’ensemble des citoyen.ne.s (salariés, acteurs économiques…).

Nous proposons que soit mis en place :

– La formation de tous les membres de l’équipe éducative sur l’application des gestes barrières

– L’aménagement des établissements scolaires (mise en place des classes, gestion du matériel utilisé par les élèves, réflexion sur la restauration scolaire, gestion des flux entrée/sortie, PPMS, etc….)

– Rédaction de protocoles sur l’hygiène appliquée dans les écoles, sur les équipements nécessaires

– Ouverture de la cuisine centrale pour permettre aux familles de se procurer des repas au prix des tickets de cantine

S’il ne faut pas que l’école soit rétablie à la va-vite pour satisfaire des objectifs économiques ou d’affichage politique, il est pourtant nécessaire de proposer une prise en charge rapide des enfants des familles qui en éprouvent le plus besoin. Un accompagnement psychologique peut aussi être proposé ainsi que des espaces de parole pour les enfants et les familles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *