Condition de travailDémocratieEcologieSantéSocial

Nous avons décidé de reprendre la parole pour partager nos réflexions, nos engagements, nos projets d’avenir

Nous avons vécu ces derniers mois et vivons actuellement une situation inédite.

Le confinement annoncé deux jours avant et mis en œuvre deux jours après le premier tour des élections municipales nous a conduits à travailler différemment sans s’arrêter de réfléchir et d’agir.

La première urgence a été de faire vivre les solidarités sous toutes leurs formes, notamment auprès des plus démuni.e.s et des personnes isolées. Plusieurs d’entre nous, professionnel.le.s de santé, de l’éducation, agents territoriaux sont en première ligne dans l’aide indispensable pour combattre le virus. D’autres se sont engagé.e.s à apporter une aide concrète lorsque cela était possible et nécessaire, à différentes associations mobilisées sur notre ville. Nous mesurons une fois de plus que Saint-Nazaire est riche de ses solidarités grâce à un large tissu associatif.

Notre collectif « Saint-Nazaire Ensemble » a décidé, de reprendre la parole en mesurant les difficultés du moment présent et les fortes inquiétudes sur l’avenir tant immédiat que lointain. Difficultés accrues dans un contexte de défiance généralisée, aggravé par la cacophonie de l’exécutif, et ses mensonges permanents. La démocratie ne pouvant être confinée, il nous paraît essentiel de continuer à faire vivre le débat en faisant entendre d’autres voix.

Le virus COVID-19 n’est pas la cause de la crise globale mais bien un accélérateur.

Le système capitaliste se révèle, à nouveau, incapable d’anticiper, de planifier, d’investir pour assurer la protection des humains et de la planète. Nous payons très cher en vie humaine, en drames sociaux, en libertés publiques et individuelles les choix politiques des délocalisations industrielles, des plans d’austérité et du désengagement des services publics mis en œuvre depuis des décennies par les gouvernements successifs et leurs relais politiques à tous les niveaux (et jusqu’au niveau local). Depuis des années, à Saint-Nazaire comme ailleurs, les personnels hospitaliers alertent, dénoncent la fermeture de lits, le manque de personnels, l’insuffisance de financement de l’État, le coût du bail des locaux payé par l’hôpital (conséquence d’une construction par un partenariat Public-Privé).

Déconfinement et reprise mais pas à n’importe quel prix !

Le déconfinement est attendu, tant les difficultés de vie s’accumulent : revenus en baisse ou absents, difficultés à satisfaire les besoins alimentaires, logement exigü, violence envers les femmes et enfants accrue…

Le reprise de l’activité des entreprises et services non essentiels, la réouverture des écoles, collèges, lycées doivent être conditionnées à la mise en place de tests systématiques, de moyens de protection (masques pour tout.e.s, gants,gel désinfectant…) pour des conditions de travail permettant la distanciation sociale.

« Le jour d’après », c’est maintenant !

Les transformations indispensables ne seront pas automatiques et ne se feront pas seules. Elles ont besoin d’être pensées et nécessitent du temps. Ne laissons pas les tenants du système réaliser quelques bricolages, sorte d’adaptations à la marge (relocalisation de quelques productions, un ou deux milliards supplémentaires pour l’hôpital) et poursuivre les politiques qui ont largement échoué. Macron, son gouvernement et sa majorité n’ont pas renoncé à répondre favorablement aux exigences du MEDEF : attaque du Code du travail, augmentation de la durée de travail, mise en œuvre de nouveaux plans d’austérité pour faire payer les dettes aux salariés…La lutte des classes n’est pas confinée, mais bien vivante !

Nous ne pourrons pas être dans la rue pour ce 1er Mai mais plus que jamais, ne déléguons pas notre pouvoir d’action, de décision, de contrôle !

Nous nous reconnaissons pleinement dans l’appel large de collectifs,d’organisations sociales,syndicales et politiques de Loire Atlantique « construisons nos jours heureux ! pour la Planète et l’Humain » exigeant des mesures d’urgences et à plus long terme de sortie de crise .

Il y aura d’autres crises, et nous devons dès aujourd’hui construire de nouvelles politiques pour être prêt.e.s à y faire face. L’avenir de nos démocraties réside dans nos capacités de résistance mais aussi et surtout dans la construction d’alternatives fortes. Ainsi nous devons construire une politique sociale forte, un projet écologiste concret et renforcer l’exercice démocratique afin qu’il ne soit plus mis en défaut. Ce sont les valeurs que nous portons depuis le début de la création de notre collectif, et que nous continuerons à porter dans les semaines et les mois à venir. Malgré un contexte de scrutin difficile lié à la crise sanitaire, nous serons présent.e.s lors de la prochaine étape des municipales, quelle qu’elle soit, pour porter un espoir de changement sur notre ville.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *